La liberté d’esprit. Fonction et condition des intellectuels humanistes

La liberté d’esprit. Fonction et condition des intellectuels humanistes

Paris. Les Belles Lettres 2019.

L’essai de cet historien de la Renaissance, Stéphane Toussaint, spécialiste entre autres de Marsile Ficin, se veut magistralement polémique. Il dresse le constat sévère d’une lente désagrégation du socle humaniste dont les intellectuels français du XXe siècle se seront faits largement, étourdiment, les complices, sous la pression grandissante du modèle des sciences humaines.

Voici la recension de Cecilia Suzzoni :

CR_Stéphane Toussaint_Version définitive

Recension 6_Lucio RUSSO, Notre culture scientifique. Le monde antique en héritage

Notre culture scientifique. Le monde antique en héritage

Au cours des dernières années, la question de l’actualité et de l’importance de la culture antique a suscité un vif débat aussi bien en Italie qu’en France, notamment par rapport à la place qu’il faut accorder au latin et au grec ancien dans l’enseignement secondaire. Cela explique sans doute les nombreux livres récents qui abordent le problème, sous des angles différents selon les auteurs. On pourrait dire que l’essai de Lucio Russo poursuit le même objectif ; il présente cependant des traits extrêmement originaux, liés à la formation et aux intérêts de cet auteur.   Mais Lucio Russo s’est également penché sur la situation actuelle de l’enseignement, aussi bien des disciplines scientifiques que des langues classiques, dont il a défendu l’importance. Cette rare pluralité d’intérêts se retrouve dans Notre culture scientifique, premier ouvrage de cet auteur publié en français : Russo y livre une réflexion intéressante sur l’Antiquité et son importance pour nous, avec une attention particulière aux rapports entre culture et enseignement, le tout du point de vue non pas de la littérature et des arts, mais des sciences.

Voici la recension de Gianluca PISCINI :

Recension 6_Gianluca Piscini_Lucio Russo_Notre culture scientifique

 

 

Compte rendu_Stéphane Toussaint, La liberté d’esprit. Fonction et condition des intellectuels humanistes

Stéphane Toussaint, La liberté d’esprit. Fonction et condition des intellectuels humanistes, Paris, Les Belles Lettres, 2019.

La lutte pour la liberté spirituelle donne sa signification à l’humanité, affirmait en 1944 le grand sociologue de la culture Alfred Weber.
Approfondissant un tel postulat, cette recherche consacrée à la liberté d’esprit emprunte ses exemples à certains intellectuels humanistes anciens et modernes, de Marsile Ficin à Erwin Panofsky et au-delà, tout en s’interrogeant sur les conditions d’une pensée libre aujourd’hui.

Voici le compte rendu de Cécilia Suzzoni:

CR_Stéphane Toussaint_CS

Notes de lecture 1_M. Lucken_Le Japon grec

Michael LUCKEN, Le Japon grec. Culture et possession, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 2019, 256 p.

« Tout est là », se dit le non-spécialiste du Japon, le livre refermé ! Un parcours chronologique et thématique des origines à nos jours ; des chapitres courts et équilibrés ; une écriture claire et précise avec ce qu’il faut d’informations sur une langue qu’on ne maîtrise pas ; des concepts définis dans un cadre académique substantiel et actualisé avec notes abondantes en bas de page …

Voici la note de lecture de Violeta MARTINEZ AURIOL :

Notes de lecture 1_M. Lucken_Le Japon grec

 

Notes de lecture 2_C. Ossola_Les vertus communes

Carlo OSSOLA, Les vertus communes (traduit de l’italien par Lucien d’Azay, Paris, Les Belles Lettres, 2019, 148 pages)

Carlo Ossola poursuit dans cet ouvrage une réflexion autour des vertus coutumières, déjà entamée en 2011 avec son court essai En pure perte. Le renoncement et le gratuit. S’il analysait alors ces qualités qui permettent à chacun de se détacher, de s’abandonner, d’atteindre dans son être au monde une forme de quiétude intime et de discrétion, il revient avec Les vertus communes sur des qualités plus sociales, destinées à revaloriser, dans la relation quotidienne à l’autre, un être ensemble plein d’urbanité et d’harmonie : vertus communes, ordinaires, quelque peu ingrates, « petites vertus » en somme, qui, malgré leur humilité un peu terne, ne sauraient encourir le mépris, car elles donnent au quotidien son humanité.

Voici la recension d’Anne BOUSCHARAIN :

Notes de lecture 2_C. Ossola_Les vertus communes