La charte d’Antiquité-Avenir

« Ce jour, le 13 juin 2015, en Sorbonne, amphi Bachelard, les représentants des 15 associations présentes – AEEGF (Association pour l’Encouragement des Études Grecques en France) ; AFHE (Association Française d’Histoire Économique) ; ALLE (Association le Latin dans les Littératures Européennes) ; APHG (Association des Professeurs d’Histoire et Géographie) ; APFLA-CPL(Association des Professeurs de Français et Langues Anciennes en Classes Préparatoires Littéraires) ; APLAES (Association des Professeurs de Langues Anciennes de l’Enseignement Supérieur) ; Athéna. La passion des voyages culturels ; CNARELA (Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes) ; Les Clionautes, les historiens et les géographes de l’avenir ; Fortuna Juvat ; Méditerranées ; Société des agrégés de l’Université ; Société des Études Latines ; Thalassa. Association culturelle de tourisme et SoPHAU (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université) − décident de créer un groupement d’associations liées à l’Antiquité se donnant pour mission de promouvoir et de valoriser la connaissance, les savoirs et la transmission des sciences de l’Antiquité, parce qu’à leurs yeux, elles sont au cœur des sociétés contemporaines ; elles participent des éclairages sur les origines des catégories de pensée dans toutes les disciplines ; elles sont un outil indispensable à la compréhension des langues, des littératures et des cultures contemporaines ; elles étudient les sources d’un héritage et d’un patrimoine fondamental commun et universel qu’il convient d’interroger dans un rapport tout à la fois de distance et de proximité avec notre modernité ; elles constituent un instrument de dialogue interculturel, de formation de la jeunesse à la citoyenneté et aux humanités, de compréhension des civilisations méditerranéennes, proche-orientales et européennes d’aujourd’hui. Il a été décidé que le regroupement aurait pour but de : 1) faire circuler entre ses membres toutes les informations relatives à des manifestations, actions, prises de positions relatives aux sciences de l’Antiquité émanant de l’un des membres du groupement ; 2) appuyer, si nécessaire, ces manifestations, actions, prises de position particulières par des manifestations, actions, prises de position communes ; 3) diffuser ces informations, hors du cercle des membres respectifs du groupement, vers un large public, par les moyens variés jugés les plus opportuns. Il a été décidé de proposer à d’autres associations de les rejoindre dans ce groupement ».