Tous les articles par Administrateur

Compte rendu_Stéphane Toussaint, La liberté d’esprit. Fonction et condition des intellectuels humanistes

Stéphane Toussaint, La liberté d’esprit. Fonction et condition des intellectuels humanistes, Paris, Les Belles Lettres, 2019.

La lutte pour la liberté spirituelle donne sa signification à l’humanité, affirmait en 1944 le grand sociologue de la culture Alfred Weber.
Approfondissant un tel postulat, cette recherche consacrée à la liberté d’esprit emprunte ses exemples à certains intellectuels humanistes anciens et modernes, de Marsile Ficin à Erwin Panofsky et au-delà, tout en s’interrogeant sur les conditions d’une pensée libre aujourd’hui.

Voici le compte rendu de Cécilia Suzzoni:

CR_Stéphane Toussaint_CS

Notes de lecture 1_M. Lucken_Le Japon grec

Michael LUCKEN, Le Japon grec. Culture et possession, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 2019, 256 p.

« Tout est là », se dit le non-spécialiste du Japon, le livre refermé ! Un parcours chronologique et thématique des origines à nos jours ; des chapitres courts et équilibrés ; une écriture claire et précise avec ce qu’il faut d’informations sur une langue qu’on ne maîtrise pas ; des concepts définis dans un cadre académique substantiel et actualisé avec notes abondantes en bas de page …

Voici la note de lecture de Violeta MARTINEZ AURIOL :

Notes de lecture 1_M. Lucken_Le Japon grec

 

Notes de lecture 2_C. Ossola_Les vertus communes

Carlo OSSOLA, Les vertus communes (traduit de l’italien par Lucien d’Azay, Paris, Les Belles Lettres, 2019, 148 pages)

Carlo Ossola poursuit dans cet ouvrage une réflexion autour des vertus coutumières, déjà entamée en 2011 avec son court essai En pure perte. Le renoncement et le gratuit. S’il analysait alors ces qualités qui permettent à chacun de se détacher, de s’abandonner, d’atteindre dans son être au monde une forme de quiétude intime et de discrétion, il revient avec Les vertus communes sur des qualités plus sociales, destinées à revaloriser, dans la relation quotidienne à l’autre, un être ensemble plein d’urbanité et d’harmonie : vertus communes, ordinaires, quelque peu ingrates, « petites vertus » en somme, qui, malgré leur humilité un peu terne, ne sauraient encourir le mépris, car elles donnent au quotidien son humanité.

Voici la recension d’Anne BOUSCHARAIN :

Notes de lecture 2_C. Ossola_Les vertus communes

Recension 4_P. Ismard_La cité des esclaves

La Cité des Esclaves. Institution, fictions, expériences

L’ouvrage de Paulin ISMARD (maître de conférences HDR en histoire grecque à l’université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, membre du centre Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques, et actuellement membre de l’Institut Universitaire de France ), La cité et ses esclaves. Institution, fictions, expériences (Paris, Éditions du Seuil, 2019, 382 p.) a fait l’objet d’une recension de la part de Monique BILL, Maître de conférences émérite de grec – Université de Lorraine. En voici le compte rendu :

P. Ismard_La cité des esclaves

Résumé_K. Harper, Comment l’Empire romain s’est effondré

Résumé d’ouvrage

Voici le résumé, rédigé par Madame Delphine Viellard, de l’ouvrage de Kyle Harper, Comment l’Empire romain s’est effondré. Le climat, les maladies et la chute de Rome, Éditions de la Découverte, 2019, traduction de l’anglais (États-Unis) de Philippe Pignarre (titre original The Fate of Rome, Princeton University Press, 2017), 544 p. :

Résumé_Kyle Harper_Comment l’Empire romain s’est effondré

L’UNESCO rejoue Tartuffe!

L’UNESCO rejoue Tartuffe !

« … Couvrez ce sein que je ne saurais voir :
Par de pareils objets les âmes sont blessées… »
(Le Tartuffe, III, 2, 860-861), 1664.

À l’occasion des journées du patrimoine 2019, l’UNESCO a accueilli dans ses locaux, parmi plusieurs manifestations de qualité, l’œuvre du plasticien Stéphane Simon, intitulée « In Memory of Me » qui comportait notamment deux statues masculines nues dans la tradition antique.
Or l’UNESCO a demandé à l’artiste de voiler les sexes de ses statues afin de « ne pas choquer certaines sensibilités » (sic). Le réseau Antiquité-Avenir, qui a apporté son soutien à cet événement, s’indigne de cette censure. Son président en a fait part à la direction de l’UNESCO, sur place oralement, puis par écrit, demandant à connaître les raisons de cette censure. La réponse qui lui a été donnée esquive la question de manière inacceptable et ne fournit aucune explication.
Dans cette affaire, il n’existe en effet pas une seule sensibilité, mais deux groupes de sensibilités, qui sont irréconciliables. Car cette décision heurte la sensibilité laïque des hommes et des femmes de culture de nombreux pays pour lesquels ces tartufferies sont d’un autre âge. Cela fait quatre siècles et demi que le Braghettone a voilé les fresques de la Sixtine, sur ordre de l’Église ! Et c’est à Paris, capitale d’un État laïque, qu’on impose, en 2019, une censure du même ordre à un artiste !
Le travail de cet artiste revendique une filiation avec la statuaire grecque, en particulier pour la nudité héroïque de ses modèles. Faudra-t-il un jour enfouir dans les réserves de nos musées, ôter des jardins ou des façades de nos monuments publics, les œuvres représentant les chairs, masculines ou féminines, car jugées inopportunes par « certaines sensibilités » ? Va-t-on envelopper la statue de David de Michel-Ange, recouvrir les nombreuses fontaines arborant les trois Grâces telles celles de Raphaël, emmitoufler les femmes nues de Rubens ou d’Ingres ?
Le choix qui a été effectué est un choix politique, au sens grec du terme. Et il est extrêmement grave : il porte atteinte à la liberté du créateur, il bafoue un patrimoine artistique majeur de nos civilisations, celui de l’Antiquité.
Antiquité-Avenir s’insurge aujourd’hui contre des choix qui heurtent de plein fouet les valeurs humanistes, altruistes et tolérantes qui fondent son action. Il tient à en informer l’opinion éclairée et libre des citoyens de de notre pays et, au-delà de nos frontières, de tous les hommes et de toutes les femmes de bonne volonté qui luttent pied à pied contre les démons de l’obscurantisme, d’où qu’il vienne.

Le directoire d’Antiquité-Avenir. Réseau des associations liées à l’Antiquité.

Voici la lettre en version Word:

Inquiétude et indignation_UNESCO_30.09.19

 

Conférence M. Ferrand_Le théâtre néo-latin de la Renaissance en France

Conférence de l’ALLE (10.10.19)

La conférence de rentrée de l’association sera donnée par Mathieu Ferrand, Maître de conférences à l’Université de Grenoble, spécialiste du théâtre néo-latin, le jeudi 10 octobre prochain : « Le théâtre néo-latin de la Renaissance en France » (18h30-20h au lycée Henri-IV, salle Julien Gracq).

En voici l’affiche de présentation:

Conférence M. Ferrand_Le théâtre néo-latin de la Renaissance en France

 

Colloque international « Non Graecos minus barbaros quam Romanos puto »

Les Romains et les Grecs de leurs temps de la prise de Tarente à l’édit de Caracalla

Première partie : Au temps de la République romaine

Du 3 au 5 octobre 2019
Salle Dussane, ENS, 45 rue d’Ulm, Paris 5e

→ Télécharger le programme:

Programme_Colloque_non Graecos

Organisation : Mathilde Simon (ENS, AOROC) et Sophie Lalanne (U. Paris 1, ANHIMA)
Contacts : sophie.lalanne@univ-paris1.fr ; mmahe@ens.fr

Si la place de l’hellénisme dans le monde romain a été bien étudiée, les rapports que les Romains entretenaient avec les Grecs de leur temps, ainsi que la manière dont ils les considéraient méritent d’être explorées plus avant. Quelles relations les Romains nouèrent-ils donc avec les Grecs avec lesquels ils étaient en contact ? Et tout d’abord, comment perçurent-ils les Grecs vivant en Grande Grèce, sur le sol même de l’Italie ? Lorsqu’ils commencèrent à remporter des victoires sur les rois hellénistiques, firent-ils une distinction entre hellénisme et peuple grec pour mieux assumer l’héritage de l’un sans s’encombrer de l’autre ? Les Romains faisaient-ils une différence entre Grecs de Grèce, d’Italie et d’Orient ? Quelles relations personnelles les aristocrates romains avaient-ils avec des Grecs ? Et quels Grecs ? Le statut social était-il le facteur prédominant dans le choix de ces relations ? Nous nous interrogerons, dans ce premier colloque, sur les relations que les Romains entretenaient avec les Grecs de Rome, d’Italie et des provinces de l’empire, de la chute de Tarente en 272 av. J.-C. à la fin de la République.

Georges Miroux_Exposition_Royaumes oubliés. De l’empire hittite aux Araméens

Compte rendu d’exposition
Royaumes oubliés. De l’empire hittite aux Araméens
Musée du Louvre, du 2 mai 2019 au 12 août 2019

Les Hittites sont de retour à Paris.
C’est la grande exposition de 1964, L’art des Hittites, réunissant au Petit Palais plus de deux cent cinquante pièces venant pour l’essentiel des musées d’Istanbul et d’Ankara, qui révéla au public français la civilisation de ce peuple dont il ne savait jusque là presque rien, si ce n’est qu’il était cité à plusieurs reprises dans la Bible. Depuis cette date, les Hittites n’apparurent plus dans la capitale que dans des expositions à la thématique plus large, consacrées à l’histoire et aux civilisations anciennes de l’Anatolie et de la Syrie (la liste en est donnée dans le catalogue de l’exposition).

Voici le compte rendu de Georges Miroux:

Compte rendu 4_Expo Royaumes oubliés Louvre

Recension 3_Norelli_La naissance du christianisme

E. Norelli, La naissance du christianisme. Comment tout a commencé, Paris, Gallimard, collection  »Folio Histoire », 2019.

Les éditions Gallimard ont récemment pris l’excellente initiative de faire paraître dans sa collection de poche  »Folio Histoire » l’ouvrage d’Enrico Norelli (Université de Genève), La naissance du christianisme. Comment tout a commencé, publié pour la première fois en traduction française par Bayard en 2015. Loin d’être un nouveau manuel sur les origines du christianisme qui reprendrait chronologiquement les faits connus et les principales tendances qui caractérisent les premiers pas de la religion chrétienne dans le bassin méditerranéen, cet ouvrage propose au lecteur une réflexion nuancée sur la naissance et le développement durant les quatre premiers siècles de notre ère d’un courant religieux minoritaire, devenu par la suite religion d’Empire

Voici la recension d’Antony Glaise:

Recension 3_AG_Naissance du christianisme