Archives de catégorie : Les membres du réseau signalent

CR_Paulin Ismard, Le miroir d’Œdipe : penser l’esclavage

Paulin Ismard, Le miroir d’Œdipe : penser l’esclavage, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2023, 225 p.

Paulin Ismard est Professeur des Universités en Histoire grecque à l’Université Aix-Marseille, rattaché au laboratoire AnHiMA (UMR 8210). Son ouvrage s’inscrit dans la continuité de ses dernières publications, qui abordent les enjeux de méthode historique pour une enquête approfondie sur l’esclavage en Grèce antique . Le livre explore en six chapitres des expériences qu’évoque un texte, mais qui en limitent l’expression consciente, et d’où peut resurgir la présence de l’esclave : l’oubli, l’identité, l’altérité, l’autoreprésentation, le rêve, la mort.

Voici le CR d’Etienne Pittoni :

CR_ISMARD_2023

Hélène VIAL (dir.), La poésie augustéenne et la rhétorique

Hélène VIAL (dir.), La poésie augustéenne et la rhétorique, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2022, 500 p.

La présente publication, comme le rappelle Hélène Vial dans l’introduction du volume, « est née, sans pour autant en constituer exactement les actes, d’un triptyque de colloques internationaux organisés en 2015, 2016 et 2017 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand ». L’objectif de cet ouvrage collectif est d’explorer, dans tous ses aspects, la relation d’influence réciproque entre la poésie augustéenne et le champ rhétorique, ce qui constitue une investigation inédite et multiple dans ses approches.

Voici la recension de ce volume:

FC_CR_H. Vial_La poésie augustéenne et la rhétorique

CR_Luciano Canfora, Politique et littérature dans la Rome ancienne. Des origines à Augustin.

Luciano Canfora, Politique et littérature dans la Rome ancienne. Des origines à Augustin, trad. Aymeric Monville et Luigi-Alberto Sanchi, Paris, Éditions Delga, 2023, 570p.

Rendez-vous est pris avec la grande histoire de Rome et de la Méditerranée antique, prodrome de l’histoire européenne, et avec la langue latine et sa littérature. Le présent volume offre un aperçu des auteurs romains qui ont illustré les liens entre la « politique » – gestion de l’État par les élites, mais aussi relations internationales, lutte des classes et lutte idéologique – et les écrits littéraires. À plu- sieurs égards, on ne retrouvera pas tels quels les auteurs latins classiques trop connus ; ou, plutôt, on les verra avec des yeux nouveaux, on les connaîtra entourés d’une foule d’autres personnages plus ou moins célèbres, on comprendra l’opportunité de se pencher sur leurs vies, leurs drames, leur désir de mettre par écrit les textes qui par la suite – parfois du vivant de l’auteur – sont devenus des « classiques ». Nous devons à Luciano Canfora cet effort méritoire de mettre à la portée du grand public une série de questions qui offrent autant de leçons sur le monde actuel, ses conflits et ses batailles d’idées.

Voici le compte-rendu d’Adrien Bresson:

CR BRESSON Canfora Politique et littérature

CR_D. Jouanna_La Politique : une activité dangereuse en Grèce ancienne ?

Danielle Jouanna, La Politique : une activité dangereuse en Grèce ancienne ?, Paris, Les Belles Lettres, Paris, 2022, 312 p.

Était-ce donc si dangereux de se lancer dans cette activité en Grèce?
De fait, les risques de la vie politique moderne en France n’ont rien à voir avec ceux que prenaient les « orateurs » en Grèce, même s’ils présentent parfois des ressemblances troublantes. Les hommes politiques grecs et surtout athéniens ont connu un incroyable harcèlement judiciaire, se terminant souvent très mal (perte des biens, de la citoyenneté, exil, condamnation à mort) – quand ils n’étaient pas tout simplement assassinés. On s’étonne que Périclès soit mort dans son lit quand on voit la triste fin d’Alcibiade ou de Démosthène.
Cet ouvrage, qui s’appuie sur des textes abondamment cités, intéressera tous ceux qui souhaitent mieux connaître le fonctionnement réel de la démocratie grecque et la comparer à la nôtre… ainsi que les hommes politiques modernes prompts à se référer à ce régime qui ne fut peut-être pas idéal, mais qui reste toutefois admirable à bien des titres.

Voici le compte-rendu de Marie-Pierre Delaygue-Masson :

CR_M.-P D-M_D. Jouanna_Politique_Grèce

Ovide, Contre Ibis (édition bilingue d’Hélène Vial)

Ovide, Contre Ibis (édition bilingue. Texte original latin, traduit et présenté par Hélène Vial), Bordeaux, William Blake and Co. Édit, 2022, 78 p.

Le texte intitulé Contre Ibis, issu du corpus rédigé durant l’exil du poète de Sulmone, est une pièce poétique que l’on édite et traduit peu. S’agissant de traductions en langue française, nous pouvons notamment mentionner l’édition d’Émile Ripert parue en 1937, aux
éditions Classiques Garnier, ainsi que celle de Jacques André aux éditions des Belles Lettres, en 1963. Plus récemment, Olivier Sers, dans son Contre Ibis, suivi de La Syrinx de Théocrite (2017), propose une traduction en vers contenant des annotations en fin de volume
(Christophe Cusset en a rédigé une recension des plus éclairantes). Le volume d’Hélène Vial (maître de conférences de latin à l’Université Clermont-Auvergne), paru aux éditions William
Blake and Co., s’inscrit dans une démarche traductionnelle et vulgarisatrice visant à rendre accessible au plus grand nombre le virulent pamphlet énigmatique d’Ovide, dont la cible ne peut être identifiée avec certitude.

Voici le compte-rendu de cet ouvrage:

FC_CR_H. Vial_Ovide_Contre Ibis

CR BRESSON_J. Sella_Tenir le loup par les oreilles. Prendre le pouvoir et le conserver dans la Rome impériale des premiers siècles

Jérôme Sella, Tenir le loup par les oreilles. Prendre le pouvoir et le conserver dans la Rome impériale des premiers siècles, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2020, 584 p.

Alors qu’en 509 av. J.-C., les Tarquins sont chassés de Rome et que le pouvoir personnel semble être rejeté, celui-ci apparaît concentré, sous la République, aux mains d’une poignée d’hommes. Au moment même où l’Empire s’élargit, des volontés personnelles voient le jour, si bien qu’Auguste parvient à arriver au pouvoir seul. C’est cette borne que l’auteur choisit pour débuter son étude des pratiques d’obtention, de contrôle et de conservation du pouvoir à Rome, étude qui constitue la version remaniée d’une thèse de doctorat. L’étude, organisée de manière chronologique, s’intéresse d’abord aux Julio-Claudiens, puis aux Flaviens et elle prend fin avec les Antonins. Les sources, principalement littéraires, sont les suivantes : Tacite, Sénèque, Nicolas de Damas, Velleius Paterculus, Philon d’Alexandrie, Flavius Josèphe, Plutarque, Dion Cassius ou encore l’Histoire Auguste. Les monuments, en eux-mêmes, révèlent certains traits des empereurs, de même que quelques inscriptions, des mutilations de monnaies ou de statues, ou encore des graffitis.

Voici le compte rendu d’Adrien Bresson:

CR_BRESSON Jérôme Sella_Tenir le loup par les oreilles

 

CR_Itinéraire d’un masque_Philippe Brunet

Philippe Brunet, Itinéraire d’un masque, Lausanne, Favre, 2022, 190p.

Suite à la censure de sa pièce Les Suppliantes par des militants  » antiracistes « , Philippe Brunet nous livre sa réflexion sur l’importance de préserver le théâtre des Grecs qui met en scène des problématiques toujours d’actualité.

Il y a 2500 ans, on n’avait pas imaginé qu’un jour Eschyle serait censuré à Paris. C’est arrivé en 2019. La troupe de théâtre antique Démodocos, menée par Philippe Brunet, allait jouer pour la troisième année ses Suppliantes, en Sorbonne. Les masques des Danaïdes, ces réfugiées égyptiennes du mythe, étaient prêts pour le festival des Dionysies. Mais le soir du spectacle, le 25 mars, la Sorbonne fut bloquée par des étudiants et des militants anti-racistes.
La troupe aurait eu le tort de maquiller jusque-là ses comédiens, de leur foncer la peau, de se livrer à une pratique raciste dite de blackface. Deux jours avant la représentation empêchée, alerté de menaces de blocage alors qu’il était en pleine lecture publique de sa traduction de l’Iliade d’Homère, le metteur en scène avait tenté, sur facebook, de désamorcer les polémiques :  » Le théâtre est le lieu de la métamorphose, pas le refuge des identités « . En vain.
Dans le fond, deux ans après l’affaire des Suppliantes, on ne sait si le théâtre de la cité, malmené par la censure, survivra aux traitements de choc de la crise sécuritaire et sanitaire et à son triste corollaire, le numérique global. C’est l’occasion pour l’helléniste de revenir sur son parcours et de s’interroger sur ce qui reste, selon lui, totalement occulté dans les débats : qu’y a-t-il de si précieux à sauver du théâtre des Grecs ?

Voici le compte rendu d’Emilia Ndiaye :

CR_Itinéraire d’un masque Philippe Brunet

CR_C. Vulliard_M. Alphant_ »César et toi »

Marianne ALPHANT, César et toi, Paris, P.O.L., 2021, 336 p. 

« Je suis César recueillant ces restes comme d’autres l’ont fait : arpentant la terre, relisant La Guerre des Gaules, croisant ici Napoléon III, plus loin Shakespeare ou Guillaume II, Suétone, un révolver, des chevaux qui pleurent, Bernadette Soubirous, un amateur de geocaching. »
Cette phrase ainsi que le titre lui-même, César et toi, résument bien l’entreprise de Marianne Alphant : il s’agit de suivre le parcours de César, en particulier lors de la conquête de la Gaule, et de confronter ce parcours aux traces diverses qu’il a laissées dans le « Toi », c’est-à-dire à la fois la narratrice et le lecteur ou la lectrice, surtout s’ils ont lu ou traduit le général-écrivain. Il ne s’agit donc pas d’une biographie stricto sensu, mais d’une lecture personnelle de cette vie, à partir de détails que la narratrice juge significatifs pour évoquer le personnage et son histoire, en 49 courts chapitres. Le propos est de recueillir quelques débris, des reliques – au sens étymologique, mais aussi au sens religieux pour certains – pour essayer de reconstruire une histoire des peuples vaincus..

Voici le compte rendu de Christine VULLIARD:

CR_C. Vulliard_M. Alphant_César et toi

CR_Filippo RONCONI, Aux racines du livre. Métamorphoses d’un objet de l’Antiquité au Moyen Âge

Filippo RONCONI, Aux racines du livre. Métamorphoses d’un objet de l’Antiquité au Moyen Âge, éditions EHESS, collection « En temps & lieux » 110, Paris, 2021, 352 p.

Est-ce parce qu’à l’heure du numérique florissant le livre, l’écrit et la lecture prennent des formes nouvelles, que se multiplient les ouvrages sur les origines de l’objet livre tel que nous le connaissons aujourd’hui dans son format papier ? À côté du best-seller espagnol d’Irene Vallejo, L’Éternité dans un roseau (Les Belles Lettres, 2021), un peu romantique mais passionné, et en attendant une possible traduction d’Il libro nel mondo antico. Archeologia e storia (secoli VII a.C.-IV d.C.) de Lucio Del Corso qui vient de paraître en Italie en 2022, le lecteur intéressé par l’histoire du livre peut ouvrir l’ouvrage de Filippo Ronconi sans risquer d’être déçu.

Voici le compte rendu de Benoît Laudenbach :

CR_ B. Laudenbach_F. Ronconi_Aux Racines du livre

CR_G. de GUILLAUME DE CONCHES, « Philosophia et Dragmaticon »

Bernard Ribémont, Emilia Ndiaye et Christine Dussourt (traduction du latin et commentaire), Philosophia et Dragmaticon, Paris, Les Belles Lettres (« Sagesses médiévales »), 2021, 460 p., 27 euros, ISBN : 978-2-251-45252-4.

Ce volume, consacré au maître chartrain Guillaume de Conches, réunit pour la première fois dans l’histoire éditoriale de cet illustre commentateur et grammairien, deux de ses œuvres, l’une, la Philosophia, et l’autre, son double, le Dragmaticon. Les auteurs de la traduction et du commentaire souhaitent ainsi mettre en regard et révéler, par contraste diachronique et comparaison doctrinale, leur lien gémellaire constitutif, la valeur philosophique de leurs échos, ainsi que leurs lignes de continuité, de rupture et d’héritage, entre révisions, innovations et approfondissements.

Voici le compte rendu de Guillaume de Conches :

CR_G. de CONCHES_Philosophia et Dragmaticon_B. Ribémont, E. Ndiaye_C. Dussourt